Trente et unième dimanche dans l'anné A - 1998/1999

Retour

Si nous avions à résumer les textes d'aujourd'hui en quelques courtes phrases, nous pourrions dire par exemple : «Ne soyez pas hypocrites. Conformez donc vos conduites à ce que vous dites. Soyez vrais. » Plus qu'une leçon de morale élémentaire, Jésus veut ici creuser profondément les fondations solides d'une vraie personnalité.

Nous vivons trop souvent à la surface de nous-mêmes, nous contentant de bonnes paroles ou de stériles critiques, parlant et ne faisant pas, masquant notre vide intérieur sous d’inutiles bavardages. Car les trois tentations pharisiennes sont avant tout les nôtres.

- Dire et ne pas faire. Qui d'entre nous peut prétendre à un parfait accord entre son idéal et sa conduite réelle, entre sa pensée et ses actes ?
- Vouloir dominer. Il n'y a pas que les scribes du premier siècle à faire preuve d'autoritarisme. Que de fois ne sommes-nous pas absolument sûrs de détenir la vérité, d'avoir raison, d'imposer nos points de vue, de devoir redresser les torts… des autres ?
- Se faire remarquer. La recherche des premières places, la vanité vestimentaire ne sont pas les défauts des seuls notables de l'ancienne Jérusalem. Qui de nous ne se laisse pas aller à de ridicules glorioles, à la course aux honneurs ou aux privilèges ? S'il n'est plus question « de phylactères et de franges très longues », la marque de voiture, les vacances de standing, le "look" les remplacent bien.

Chacun de nous peut trouver ainsi sa manière à lui, très subtile, de tomber dans ces travers pharisiens.
Mais, positivement, Jésus nous invite à adopter d'autres attitudes.

- La fraternité vraie : vous êtes tous frères. Au lieu de nous draper dans nos différences et dans nos titres ronflants, nous sommes invités à regarder chacun comme notre égal, et l'aimer vraiment comme un frère.
- Simplicité. N'appelez personne votre Père sur la terre : car vous n'en avez qu'un, le Père céleste. Dieu seul est Dieu, lui seul a droit à nos hommages. Est-ce à dire qu'il ne faut jamais appeler quelqu'un «père, maître ou pasteur» ? Ce serait là une lecture intégriste de l'évangile. Mais revendiquer ces titres comme un honneur sans les vivre comme un service, là est la faute.
- Le service. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Le sens du service pour Jésus n'est pas du tout humiliant. C'est être grand que d'être serviteur. C'est devenir comme Dieu, qui par l'incarnation et l'abaissement du Fils, s'est fait notre serviteur. Personne n'est plus heureux que celui qui sait aimer activement ses frères.

Oui, vraiment, lorsque nous prenons en nos mains le corps livré, le sang versé du Christ Jésus, il n'y a plus chez nous de maître ou de seigneur, mais la grande joie de nous aimer sans se préoccuper de qui pourrait être le plus grand. Car Seul est grand Celui qui, par pure grâce, fait de nous des saints.

Retour