Jour de Pâques A - 2010-2011

Retour

Ils étaient trois devant un tombeau vide. Trois témoins déconcertés de ce que l’œil n’avait jamais vu, ni l’oreille entendu. Trois figures aussi de la charité, de la foi et de l’espérance que la Résurrection du Christ a rendu victorieuses.

La première arrivée au tombeau est une femme : Marie-Madeleine. Elle s’est levée matin, bien avant le soleil. Toute de noir vêtue, elle a traversé Jérusalem encore endormie. Elle s’en allait rendre un dernier hommage à celui qu’elle aime. Elle porte des aromates pour en oindre Jésus. Faut-il se donner tant de peine pour un mort ? Mais la Madeleine veut, en embaumant Jésus, poser le dernier geste d’un amour reconnaissant, délicat et gratuit. Et c’est pourquoi elle est pour nous la figure de la charité. Elle nous apprend à croire en l’amour, à persévérer dans l’amour, en toutes circonstances. Il est des moments où il nous semble qu’il est inutile d’aimer encore parce nous n’avons plus la force de le faire, ou parce que nous pensons que notre amour ne sera pas reçu. En ces heures de découragement, quand nous sommes tentés de nous dire « A quoi bon ? », regardons Marie-Madeleine, restée fidèle au commandement de Jésus : « Demeurez dans mon amour ». Et elle a eu raison d’agir ainsi. Car la résurrection de Jésus proclame le triomphe de la charité sur le mal et sur la mort.

Le deuxième arrivé au tombeau, c’est Jean. Il court vers le tombeau avec tout l’élan de sa jeunesse, laissant loin derrière lui Pierre tout essoufflé. Arrivé au sépulcre, il voit, et il croit. Mais que voit-il ? Rien, justement rien. Il ne voit rien, car le tombeau est vide. Mais ce rien lui suffit pour croire en la résurrection. Le tombeau est ouvert et les linges sont pliés. Cela suffit  pour qu’il comprenne : «  il est ressuscité comme il l’avait dit, comme il l’avait dit, comme il l’avait promis ». Et c’est pourquoi Jean est pour nous la figure de la foi, cette foi qui ne repose pas sur des preuves matérielles ou sur des démonstrations mathématiques, mais sur la confiance en la parole qui sort de la bouche de Dieu et ne lui revient pas sans avoir accompli sa mission (Isaïe 55). La foi est une nuit, parce que l’on ne voit pas, mais c’est une nuit plus lumineuse qu’un plein midi. A celui qui met sa confiance dans le Christ et dans sa parole efficace, il est donné de une vie illuminée par l’aube de Pâques.

Le dernier à la course vers le tombeau, c’est Pierre. Il n’a pas eu un très beau rôle pendant la passion. Il a renié Jésus, volontairement, consciemment : trois fois ! Dans le fond, vaut-il mieux que Judas ? N’a-t-il pas trahi lui aussi, à sa manière ? Seulement il y a cette différence profonde entre Judas et Pierre : Judas s’est pendu. Quand il a pris conscience de sa faute, il a désespéré de la miséricorde de Dieu. Mais dans le cœur de Pierre, cette espérance est toujours restée intacte. A l’aube de Pâques, devant le tombeau vide, il sait qu’il a eu raison d’espérer malgré son péché, d’espérer contre toute espérance. Plus tard, sur le lac de Tibériade, Jésus lui dira trois fois « Pais mes brebis », en écho à ses trois reniements. Et au jour de Pentecôte, c’est lui et pas un autre, qui témoignera devant tout le peuple de l’espérance pascale. Et c’est pourquoi Pierre est pour nous la figure de l’espérance. Bien souvent, notre péché nous conduit dans des impasses, dont nous ne savons plus comment sortir. Et pour nous sauver de ce péché, il a fallu la Croix. Mais la résurrection de Jésus nous montre que Dieu ne se résigne jamais à la mort, ni au péché: rien n’est jamais fini pour Dieu, car il fait toutes choses nouvelles. Notre Dieu est le Dieu de l’espérance, le Dieu de l’avenir, dun avenir toujours possible.

En ce matin de Pâques, Marie Madeleine, Jean et Pierre ont couru jusqu’au tombeau ouvert. Suivons-les. Soyons nous aussi les sentinelles du matin qui témoignent en ce monde que, malgré les apparences qui sont parfois contraires, le Christ est vainqueur, et que ceux qui l’aiment, qui croient et qui espèrent en lui partagent sa victoire, dés maintenant, et pour l’éternité.

Retour