Baptême du Seigneur C - 2009/2010

Retour

Deuxième moment de l’Epiphanie, le baptême du Seigneur est une manifestation sobre et humble du mystère de l'Incarnation. Le Seigneur, en effet, vient pour faire corps avec le quotidien de l'humanité y compris avec le mal, le péché et la mort dont souffre cette même humanité.

Jésus donc, aux bords du Jourdain, se glisse dans la file de ceux qui demandent à recevoir le baptême des mains Jean Baptiste. Lui qui n'a pas de péché à se faire pardonner, vient rejoindre la foule de pécheurs qui supplient Dieu de les apaiser. Celui qui est sans faute s'immerge dans l'eau boueuse de l'humanité pour la purifier à son contact. Il ressort de cette eau, porteur de tous les péchés des hommes. Il veut nous entraîner tous à sa suite pour faire de nous un peuple d'enfants de Dieu.

Après son baptême, nous voyons Jésus en prière. Et c’est à ce moment que Luc nous le montre en train de recevoir le témoignage que le Père lui rend. Les cieux s’ouvrent, le ciel et la terre communiquent à nouveau, une voix retentit : « Tu es mon Fils bien-aimé. » (Luc 3, 22.) Et avec cette voix, vient aussi l'Esprit.

Il nous montre ainsi le chemin de la vraie conversion. Il nous entraîne dans un dialogue filial avec le Père. Nous convertir c'est nous décentrer de nous-mêmes en nous tournant en fils aimant vers le Père. C’est une conversion jamais acquise une fois pour toutes. Elle est à recommencer tous les jours jusqu'à la fin de notre vie. Mais nous n’y sommes pas seuls. Le Christ est toujours là pour nous apprendre à nous unir à sa prière et devenir ainsi de plus en plus des enfants de Dieu.

Le problème c'est qu'on a maintenant l'impression que les cieux se sont bien refermés. Le silence de Dieu se fait pesant dans les camps de concentration, dans les maladies, les catastrophes et les violences qui frappent les innocents.

C'est alors qu'il nous faut revenir à l'évangile de ce jour : Si Jésus a voulu être immergé dans ce monde de souffrances, c'est pour plonger dans cet amour qui le poussait vers Dieu et ses frères. Il attend de nous la même démarche. Il veut se servir de nos yeux, de nos mains et de notre cœur pour travailler ensemble à la construction d'un monde plus juste et plus fraternel, un monde de fils et de filles de Dieu.

Le baptême de Jésus le plonge dans notre humanité avec son poids de péché, de souffrance et de mort. En Lui, c’est Dieu lui-même qui vient jusque dans notre boue. Un jour, Jésus se mettra à genoux devant ses disciples pour leur laver les pieds. Le Christ n'a pas changé. Il continue à s'immerger dans notre humanité pour y déposer l'amour du Père. Et par nous, il veut continuer à rejoindre tous les hommes.

A notre baptême, nous avons été plongés dans l'amour de Dieu. Les cieux sont toujours ouverts pour nous : il nous suffit d'accueillir Jésus dans notre vie. Il ne supprime pas le mal ni la souffrance ni la mort, mais il leur enlève le pouvoir de dire le dernier mot. Ce monde si douloureusement blessé par tant de pauvreté, de violences, de guerres et de catastrophes, Dieu l’aime passionnément. C'est au nom de cet amour qu'il nous a envoyé son Fils unique, qui à travers nous, vient faire basculer toute l’humanité dans la vie éternelle.

Retour