Solennité du Saint-Sacrement C - 2009/2010

Retour

En cette solennité du Saint-Sacrement, nous sommes invités à goûter du pain de la Parole, du pain de Vie et du pain du service.

Pain de la Parole

Jésus est Pain de vie par sa Parole et son message. Dans le récit de saint Luc, il commence par nourrir la foule de son enseignement : « Jésus parlait du Règne de Dieu à la foule ». La plus grande partie de nos eucharisties est composée de ce Pain de la Parole. Saint Jérôme, un Père de l'Eglise du 4e siècle, disait que si nous veillons à ne pas laisser perdre une miette du pain consacré, nous devons veiller avec le même soin à ne pas perdre un mot des Saintes Ecritures proclamées lors de la messe. L'un tout autant que l'autre sont porteurs de la présence du Ressuscité.

Avons-nous faim de l’Évangile ? On peut dévorer un roman ou une BD. On peut les déguster. Est-ce que nous dévorons l’Évangile ? Est-ce que nous prenons le temps de le goûter ?

Pain de Vie

Le chrétien n’est pas quelqu’un qui adhère à une doctrine ou à un programme. Il n’adhère pas à un livre. Le christianisme n’est pas une religion du livre. Le chrétien est quelqu’un qui adhère à une personne, qui veut s'attacher à une personne, qui a faim de cette personne, qui ne veut faire qu’un avec cette personne. Il a faim de la vie dont Jésus vit.
En se présentant comme pain de vie, Jésus ne nous offre rien d’autre que de vivre de sa vie. Jésus s’est laissé littéralement manger par les hommes. Il veut continuer à être mangé par eux.

« Il prit les pains et les poissons, et levant les yeux au ciel il les bénit, les rompit et les donna. » Quatre verbes, quatre gestes que nous retrouvons dans chacune de nos eucharisties.  Par son corps et son sang, Jésus se donne en nourriture de vie éternelle. Dans l’Eucharistie, son corps devient notre corps, son sang, notre sang.

Pain du service

C’est par sa parole méditée, ruminée ; c’est par son corps et son sang assimilés au fil des jours et des semaines, que Jésus, comme par osmose, peut devenir nous. Cette réalité incroyable : un de la Trinité se fait nous pour que nous devenions Lui !

« Donnez-leur vous-mêmes à manger ! » Nous sommes parfois tentés de nous défiler au prétexte de la modicité de nos moyens en regard de l'immensité de la tâche. Le Seigneur nous mobilise avec ce que nous avons et ce que nous sommes. « Combien de pains avez-vous ? Allez voir ! » (Marc 6, 38.) C'est avec cela que lui veut poursuivre son œuvre. C'est par cette petite part de nous-mêmes que nous sommes prêtes à donner que le Christ poursuit son œuvre de vie. Osons le croire et le vivre.

Retour