Présentation du Seigneur

Retour à Kerit

La fête d'aujourd'hui est appelée familièrement la Chandeleur, en raison des cierges qu'on y porte. Depuis Vatican II, on parle plutôt de  la Présentation du Seigneur. Enfin en Orient, on la nomme  « Hypopante » (Υποπαντη), la Rencontre de Notre Seigneur.

Méditons  quelques instants sur cette dernière appellation qui nous est moins habituelle. La vie de Jésus est faite de rencontres. Et de manière plus large encore, l’histoire de Dieu avec les hommes est faite de rencontres, trop souvent manquées, quand l’homme n’est pas là ou ne reconnait tout simplement pas la présenve imprévue du Seigneur.

Il faut bien souvent se dessaisir des images que l’on se fait de Dieu pour le rencontrer tel qu’il est et, à sa lumière, nous découvrir tels que nous sommes. Marie et Joseph, pourtant bien avertis de qui est Jésus, le Fils du Très-Haut, ne s’étonnent-ils pas de ce qui est dit de l’enfant par Syméon et Anne ?

Il y a donc une longue histoire de ces rencontres. Quand l'enfant Jésus est porté au Temple, l"épisode renvoit au Premier Testament qui parle d'une Tente dressée au désert, la Tente de la Rencontre, cette tente où Moïse parlait avec Dieu, écoutait Dieu, ‒ la rencontre est faite d’écoute, ‒ et dont il ressortait le visage tout ensoleillé, pour communiquer aux Israélites ce qui lui avait été dit. Voilà qui nous fait penser aussi à la lumière de la Transfiguration des évangiles synoptiques, où l’on voit Moïse et aussi Élie, dont il est question dans la première lecture, la prophétie de Malachie, s’entretenir avec Jésus de sa montée à Jérusalem, de sa proche Passion. Cette lumière trinitaire est iujourd'hui toute condensée, si l’on peut dire, dans l’enfant Jésus, « lumière pour éclairer les nations et gloire du peuple Israël », mais aussi « signe de contradiction ... devant provoquer la chute et le relèvement de beaucoup », ce qui le mènera à la Croix.

La rencontre de Jésus avec Syméon et Anne est emblématique de toutes les rencontres passées et futures de Dieu avec son peuple, et bien au-delà avec l’humanité. Elle est aussi la réalisation des promesses puisqu’il avait été révélé à Syméon qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le « Christ, le Messie du Seigneur », et la réponse à une longue attente dont témoigne le grand âge de la prophétesse Anne.

Les rencontres de Dieu avec les hommes sont multiples et diversifiées. Elles sont de l’ordre du coup de foudre ou du lent apprivoisement. Il en va de mêmepour les rencontres de Jésus. Les unes et les autres, celles du Père et celles du Fils, au souffle de l’Esprit, peuvent être douces ou violentes, souvent mystérieuses. Que l’on pense à Jacob au torrent du Yabboq (Genèse 32. 23-33), à Moïse au buisson ardent (Exode 3. 1-6) et à Élie à la montagne de l’Horeb (1 Rois 19. 9-18), aux premiers disciples dans leur barque sur la mer de Galilée (Mc 1. 16-20), à Lévi à son bureau de douane (Mc 2. 13-14), aux deux aveugles sur la route de Jéricho (Matthieu 20. 29-34), au possédé du pays des Géraséniens (Marc 5. 1-20), à Nathanaël sous le figuier (Jean 1. 45-51) et à Zachée dans son sycomore (Luc 19. 1-10), à la samaritaine du puit de Jacob (Jn 4. 1-42), à l'entretien nocturne avec Nicodème (Jean 3. 1-21), à Marie de Magdala au matin de Pâques (Jean 20.1, 11-18) et aux disciples d’Emmaüs, au soir de ce même jour (Luc 24. 13-35) …

A chaque rencontre, une lumière se fait pour tout qui se met à l’écoute de Jésus, qui reconnaît en lui le salut que Dieu a préparé, qui découvre le visage du Père dans celui du Fils et se découvre lui-même à l’image et ressemblance de Dieu. La lumière permet de se laisser consoler de blessures enfouies par Celui qui est la Consolation d’Israël … et des nations aussi. Guéris, nous pouvons devenir guérissants à notre tour en témoignant de l’instant inoubliable de la rencontre miséricordieuse qui a tout changé.

Il nous est encore aujourd’hui donné de rencontrer le Seigneur de bien des manières : dans la prière, la méditation, l’écoute de la Parole, le partage du pain et du vin eucharistiques… Mais aussi depuis qu’après la Résurrection, les traits de son visage se soient confondus dans la lumière du matin naissant ou du soir tombant, il nous est encore possible, comme il le dit lui-même au chapitre 25 de l’évangile selon Matthieu, de le rencontrer dans chacun des plus petits de ses frères souffrants, affamés, assoiffés, nus, malades, prisonniers, étrangers, … réfugiés, exploités de tout genre.

Laissons-nous rencontrer par Celui qui vient combler notre attente
et qui nous ouvre les fenêtres de l’espérance.

Retour à Kerit